« Bach est le père, nous sommes ses fils. Qui de nous sait y faire, l’a appris de lui. »

(Wolfgang Amadeus Mozart)

« La bande familiale » est dédiée à la famille Bach: Johann Sebastian et ses fils compositeurs, ainsi qu’à d’autres compositeurs qui étaient liés d’amitié avec les Bach.

En 1735, J.S. Bach fit une chronique remarquable de « L’origine de la famille de musiciens Bach », qui comprend une courte biographie de 53 membres de sa famille. Celle-ci se laisse retracer jusqu’au 16ème siècle du côté masculin, et était composée de plusieurs générations de compositeurs, d’organistes et de musiciens de ville de renom.

Les femmes de la famille avaient aussi bénéficié d’une éducation musicale: la première épouse de Bach, Marie Barbara, était la fille d’un respectable organiste et compositeur, et a grandi avec la musique. De ce mariage naquirent Willhelm Friedemann et Carl Philipp Emanuel, entre autres.

Un an après la mort inattendue de son épouse, le veuf de 36 ans maria la jeune Anna Magdalena Wilcke, la fille d’un trompettiste de cour apprécié. Au cours de leur mariage, Anna Magdalena devint une assistante importante de son mari, parachevant nombre de copies de ses œuvres, enseignant la musique aux enfants de la famille, ainsi qu’elle fut elle-même chanteuse et jouât du clavecin.

Il est intéressant de juxtaposer le « Kontrapunktiker Bach » avec ses contemporains très respectés, comme Stölzel, Fasch et Telemann, dont le style de composition pourrait sembler être plus accessible et « à la mode », comparé au « style savant » de Bach.

Les fils de Bach comptent parmi les compositeurs les plus importants de la période de transition entre le baroque et le classique, et étaient des précurseurs essentiels pour Haydn, Mozart et Beethoven. Tandis que Wilhelm Friedemann et Carl Philipp Emanuel, principalement, façonnèrent le « style sentimental » nord-allemand et l’esthétique musicale « Sturm und Drang », Johann Christian, lui, développa un langage sonore émanant du « style galant » qui fut particulièrement influencé par la cantabilità de l’opéra italien.

Georg Philipp Telemann:
Concerto per oboe, violino, viola da gamba e basso
( ) – Vivace – Adagio – Allegro

Carl Philipp Emanuel Bach:
Pastorale pour hautbois, basson et basse continue

Johann Sebastian Bach:
Capriccio sopra la lontananza de il fratro dilettissimo BWV 992

Johann Christian Bach:
Quintette pour clavecin obbligato, hautbois, violon, alto et b. c. op. 22 Nr. 2
Allegro comodo – Tempo di Menuetto

ENTRACTE

Gottfried Heinrich Stölzel:
Sonata a 4 per Hautbois, Violino, Basson e Basso
Allegro – Adagio – Vivace

H. Stölzel/ Joh. Seb. Bach:
Aria „Bist du bei mir“ BWV 508
du „Notenbüchlein für Anna Magdalena Bach“, Leipzig 1725

Joh. Seb. Bach:
Invention à 3 BWV 791
du „Clavier-Büchlein vor Wilhelm Friedemann Bach“, Köthen 1720

 Wilhelm Friedemann Bach:
Trio Si majeur pour violon et clavecin
Larghetto – Allegro – Presto

 Joh. Seb. Bach:
Sonata à tre BWV 527 „Orgeltriosonate“
Arrangée pour hautbois, violon et basse
Andante – Adagio e dolce – Vivace

 Johann Friedrich Fasch:
Sonata pour hautbois, violon, basson et basse continue
Largo – Allegro – Largo – Allegro

X